Les mains libres – Jeanne Benameur

https://i0.wp.com/img.over-blog.com/179x300/3/23/01/40/Romans/Les-mains-libres.jpg

C’est le premier livre que je lis de cette auteure, et je pense que ce ne sera pas le dernier. Après avoir lu l’avis élogieux de Noukette j’ai profité d’un bon à la FN*C pour me le procurer… Un livre dont on savoure chaque mot, chaque phrase, chaque chapitre….

 

Madame Lure est une femme transparente, une femme que l’on croise sans même la remarquer. Sa nature discrète l’a sans cesse poursuivie, et ce, même lorsqu’elle habitait avec son mari. Désormais veuve, Yvonne Lure mène une vie tranquille, ordonnée. Ses journées consistent à mettre en ordre l’appartement dans lequel elle habite, à ranger chaque chose à sa place, à voyager également… Car même si la vieille femme n’a jamais bouclé une seule valise, elle voyage grâce aux brochures touristiques qu’elle ne se lasse pas de regarder sur la table de sa cuisine. Ainsi, Yvonne entre dans les photographies, elle s’invente une vie, s’y voit heureuse….
Un jour, en faisant ses courses, Madame Lure surprend les doigts d’un jeune homme en train de voler. Elle décide alors de le suivre et découvre son habitation : un campement de fortune sous l’arche d’un pont. Il s’appelle Vargas et il est gitan. En rentrant chez elle, elle décide de lui faire un cadeau : elle se dirige dans le bureau de son défunt mari et pioche un livre au hasard dans la bibliothèque. Ce livre, c’est celui qu’il lisait avant sa mort. Yvonne ira déposer le livre devant la caravane du jeune homme… Entre eux, une relation magnifique va s’installer…

 

Dans ce livre, tout, absolument tout m’a plu… L’histoire est splendide, vraiment. L’auteur arrive à faire croiser le destin de deux personnes dont tout s’oppose. Les deux protagonistes ont cependant un point commun non négligable: tous les deux sont des êtres solitaires. Leur relation repose sur des silences, un livre, quelques mots échangés, des voyages grâce à l’accent du jeune Vargas. Leur lien est fort, presque indestructible, même si ces deux êtres ne se connaissent que depuis peu de temps. Chacun se construit grâce à l’autre, chacun semble apporter quelque chose à l’autre…
Les deux personnages m’ont beaucoup touchée par leur relation, par leur proximité, par leurs façons de vivre, par leur caractère. Yvonne m’a émue par ses formes de voyage, par sa manière d’être, de concevoir sa vie. Chez Vargas, j’ai aimé ce côté grand garçon, solitaire, vagabond…
L’écriture de l’auteur, quant à elle est juste sublime…. J’ai été happée, transportée, presque hypnotisée par ces mots…   Les phrases sont généralement courtes, les mots sont assez simples… Mais le tout forme un ensemble très poétique, très sensible, très tendre. L’histoire se savoure, lentement.

 

En bref
Avec une écriture magique, tendre, rare, Jeanne Benameur nous transporte dans un univers fait de solitude. Un coup de coeur? Je crois que ça y ressemble bien…

 

« Y’a t-il un signe dans le ciel qui indique que quelque part, dans une ville, au milieu de tant et tant de gens, deux êtres sont en train de vivre quelque chose qui ne tient à rien, quelque chose de frêle comme un feu de fortune, un feu de palettes, de bouts de bois, quelque chose qui s’arrime à la voix d’une vieille dame, à l’écoute grave d’un jeune homme qui rêve loin? Est-ce pour cela que tant de gens se rencontrent? Pour que de toute leur chaleur usée deux êtres fassent un feu? »

Les avis de NouketteClara et A propos des livres

Folio, 160 pages, 2005

 

Challenge-Jeanne-Benameur

 

Publicités

Swap Lecture, thé et chocolat, drogues du livraddictien

Il y a quelque temps Marmotte a organisé une seconde édition du swap lecture, thé et chocolat, drogues du livraddictien… Etant donné, que je n’ai pas pu y participer pour la première édition, j’étais très contente qu’une seconde édition soit mise en place.

swap-2

J’ai donc participé à ce swap en chaine et  Séverine m’a envoyé le superbe colis!

S8302779.JPG

En détail, j’ai donc eu , au niveau livresque:

  • Quatrième étage de Nicolas Ancio
  • Le voyage dans le passé de Stephan Zweig
  • Le libraire de Régis de Sà Moreira

Ainsi qu’une jolie tasse Betty Boop, accompagnée d’une boite d’infusion rose litchi avec du Milka aux noisettes (miam miam miam)… J’ai eu aussi un petit marqué page dauphin, une petite peluche spéciale Noël trop choupinette…

Enfin voilà, comme vous pouvez le constater, j’ai été très très très gâtée!

Merci encore Séverine pour ce très beau colis.